< Retour à la liste

Vision des cancérologues sur les besoins des femmes s’agissant de la reprise du travail après un cancer du sein.

2016
Santé
Auteurs Physiques
  • GASPAROUX (C.)
  • KOCHAN (A.)
Organismes Producteurs
Aucun organisme producteur
Organismes Commanditaires
  • Université de Lyon
Résumé
De par sa fréquence et son bon pronostic, le cancer du sein est un enjeu de santé publique. Il est important que les survivantes de ce cancer en activité professionnelle au moment du diagnostic puissent retourner au travail, car celui-ci contribue à une pleine participation sociale. L’objectif de ce travail était de décrire l’expérience et la vision des cancérologues, concernant les besoins des femmes ayant eu un cancer du sein, s’agissant la reprise du travail. Cette étude s’intégrait dans la première étape d’un protocole de l’intervention mapping du Projet FASTRACS. Cette étape vise à évaluer les besoins des femmes s’agissant du retour au travail et du maintien dans l’emploi. Etude qualitative par entretiens semi-dirigés. Les participants à l’étude étaient les cancérologues (comprenant les oncologues médicaux, les radiothérapeutes et les chirurgiens) prenant en charge les femmes ayant eu un cancer du sein. Un codage puis des analyses intra-cas et inter-cas ont été réalisées. Une triangulation des données a été établie par la confrontation des analyses des deux chercheurs. Vingt entretiens ont été réalisés. Selon les médecins interrogés, les femmes auraient besoin de l’aval de leur cancérologue pour la reprise du travail. Celle-ci serait facilitée par des adaptations sur les plans professionnel et thérapeutique. Le temps partiel thérapeutique était la principale adaptation proposée. Les cancérologues n’échangeaient pas sur la question du travail avec les médecins généralistes ni avec les autres acteurs de la prise en charge (médecins du travail et facteurs paramédicaux). Le rôle du médecin généraliste dans la problématique du retour au travail n’était pas décrit clairement par les cancérologues, mais semblait néanmoins important pour certains d’entre eux. Ils s’interrogeaient sur les modalités de la discussion concernant le travail avec leurs patientes, s’agissant du bon moment et des bonnes conditions pour en parler. La chimiothérapie et les facteurs intrinsèques à la patiente étaient cités comme des facteurs influençant la reprise, mais pas les facteurs de leur environnement familial ni professionnel. Une meilleure communication entre les professionnels de santé prenant en charge les femmes atteintes de cancer du sein, associé à des adaptations thérapeutiques et professionnelles semblent souhaitables pour que le retour au travail et le maintien dans l’emploi de ces femmes se passe dans de bonnes conditions. La prochaine étape du Projet FASTRACS est de compléter l’évaluation des besoins, par le recueil de l’expérience des autres acteurs (médecins généralistes, entreprises, etc.). Ce recueil exhaustif permettra de développer et de tester une intervention pour faciliter la reprise du travail et le maintien dans l’emploi après un cancer du sein.
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude

Thèse de médecine (160p.) – Lieu de consultation : ORS