< Retour à la liste

Suivi des pesticides dans l’air ambiant : précaution de mises en oeuvre lors de l’application de produits phytopharmaceutiques en proximité d’établissements accueillant des personnes vulnérables. Mesures réalisées en 2018.

2019
Santé
Organismes Producteurs
  • Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Résumé
La problématique des produits phytosanitaires (pesticides) dans l’air est un sujet relativement récent. Actuellement, il ’existe pas de normes nationales ou européennes quant aux concentrations maximales acceptables dans l’air. Aussi, afin de protéger les populations plus vulnérables, la loi d’avenir du 13 octobre 2014 a identifié des mesures de précaution renforcées lors de l’application de pesticides à proximité de lieux fréquentés par ces personnes. On entend par lieux accueillant des personnes vulnérables : les cours de récréation, crèches, haltes-garderies, centres de loisirs, aires de jeux, jardins et espaces verts, établissements de santé et médico-sociaux. Ces mesures de précaution ont été déclinées à l’échelle du département. En cas de pulvérisation de pesticides pendant la présence des personnes vulnérables, au moins une des 3 conditions suivantes doit être respectée : -présence entre la parcelle à traiter et le lieu concerné d’une haie anti-dérive continue, -recours à des équipements de pulvérisation limitant le risque de dérive des produits, -pas d'utilisation à moins de: 5 m pour les cultures basses / 20 m pour les vignes / 50 m pour les cultures arboricoles. Dans ce contexte, en 2018, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a souhaité, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé, documenter l’évaluation des pratiques mises en œuvre sur le terrain dans le cadre des arrêtés préfectoraux par des mesures de produits phytopharmaceutiques dans l’air ambiant. Cette étude n’a pas vocation à évaluer les risques sanitaires pour les populations sur la commune d’étude. Elle apporte des éléments d’amélioration des connaissances sur les concentrations de phytosanitaires dans l’air, qui viennent compléter les travaux déjà réalisés en Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi que les travaux nationaux en cours sur la thématique des phytosanitaires dans l’air.
60 substances actives phytosanitaires ont été recherchées dans les prélèvements, dont 40 autorisées en viticulture. Parmi celles-ci, les substances appliquées sur la parcelle adjacente dont la faisabilité technique et analytique était avérée.
Méthodologie L’étude a été réalisée en Savoie, en secteur de viticulture, dans l’enceinte d’un établissement scolaire concerné par l’arrêté (c’est-à-dire en proximité de parcelles de vignes). Cette étude, de par son dimensionnement, n’est que partielle et ne peut évaluer l’ensemble des pratiques mises en œuvre.
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude