< Retour à la liste

Qualité de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes 2017 : un bilan, des enjeux, de multiples opportunités pour l’avenir.

2018
Santé
Organismes Producteurs
  • Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Résumé
La qualité de l'air est une opportunité pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui est une des régions les plus importantes en termes de population, industrie et tourisme. La préservation des territoires présentant déjà une bonne qualité de l'air et la résorption des problèmes dans les zones concernées par des niveaux élevés sont autant d'enjeux pour le territoire. En effet, l'amélioration de la qualité de l'air est au centre de divers enjeux : réglementaire (respect des normes), sanitaire et social (pour une amélioration de la santé), économique (pour l'attractivité de la région), et de transition énergétique pour une amélioration durable dans une démarche intégrée air-climat-énergie.
Pour répondre aux attentes formulées par le Conseil d’Etat et l’Union européenne, le Ministre de la transition écologique et solidaire a chargé la DREAL et les préfets de département de produire des feuilles de route opérationnelles en faveur de la qualité de l'air en associant les acteurs à différentes échelles territoriales (région, département, communes…). Cinq feuilles de route, ont déjà été remises au Ministre fin mars pour les territoires de Lyon, Saint-Etienne, Grenoble, Valence et la vallée de l’Arve. Atmo Auvergne-Rhône-Alpes accompagnera les acteurs pour la mise en œuvre et l’évaluation de l’efficacité des actions.
En 2017, comme l'année précédente, l’amélioration de la qualité de l’air se confirme sur la région Auvergne-Rhône-Alpes. En effet, la tendance de long terme à l'amélioration se confirme avec une année 2017 dont les résultats ont été particulièrement satisfaisants vis-à-vis de la réglementation.
En effet, 2017 est la première année durant laquelle aucune valeur réglementaire n'est mesurée pour les particules dans toute la région. La valeur limite (35 jours de dépassements de plus 50 µg/m3) était jusqu'alors tout le temps dépassée pour les particules PM10.
Ce bilan est toutefois à nuancer en raison de deux polluants qui demeurent encore préoccupants avec des dépassements de valeurs réglementaires: le dioxyde d’azote (NO₂), sur les zones de proximité automobile avec près de 40 000 personnes exposées à des dépassements de valeur limite annuelle (dont 27 000 dans l'agglomération lyonnaise) et l’ozone (O3) , principalement dans le sud de la région et dans les zones d'altitude.
Alors que l’année 2017 peut tout de même être considérée comme une bonne année en termes de qualité de l’air, des épisodes de pollution ont tout de même eu lieu, en particulier en début de l’année 2017 pour les particules en suspension PM10, mais également l'été avec quelques dépassements pour l'ozone.
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude