< Retour à la liste

Prise en charge palliative des patients atteints de cancer au centre hospitalier de Lyon Sud : état des lieux en 2015 et comparaison avec 2010.

2017
Santé
Auteurs Physiques
  • PECHARD-BUGLIERY (E.)
Organismes Producteurs
  • Université de Lyon
Résumé
L'ASCO préconise un accès précoce aux soins palliatifs pour les patients atteints de cancer avancé, s'appuyant sur les résultats de plusieurs études. Le but de cette étude était d'étudier la population atteinte de cancer décédée au CHLS en 2015 et de comparer nos résultats à ceux de M.LEDOUX en 2010 pour évaluer l'évolution de l'accès des patients aux soins palliatifs et les conséquences sur plusieurs critères d'agressivité des soins en fin de vie. Cette étude épidémiologique, observationnelle, descriptive, rétrospective étudiait les patients âgés de plus de 18 ans, atteints de cancer et décédés en 2015 au CHLS. La moyenne d'âge était de 67.8 ans en 2015 avec une mortalité masculine plus importante. Les trois principaux cancers restaient les cancers pulmonaires, digestifs et hématologiques avec un doublement des patients atteints d'hémopathie maligne. 53 .5 % des patients étaient suivis par l'équipe de soins palliatifs en 2015 contre 45 % en 2010. L'intervalle entre le premier contact avec l'équipe de soins palliatifs et le décès a augmenté de 74 jours à 119 jours. Comme en 2010, les patients avec un cancer du sein étaient 12 fois plus suivis par l'équipe de soins palliatifs que les cancers pulmonaires. Les patients atteints d'hémopathie maligne restaient moins susceptibles d'être suivis. Les patients suivis avaient à une probabilité moins importante de décéder ou d'être admis aux Urgences ou en Réanimation durant le dernier mois de vie. Par contre, si les patients suivis recevaient moins de chimiothérapie les 15 derniers jours de vie (13% versus 17%), ce chiffre n'était pas significatif contrairement à 2010. Fait marquant, le nombre de patients décédés en Réanimation a doublé entre 2010 et 2015 (50 patients versus 100 patients) et cette augmentation semble liée aux patients atteints d'hémopathie maligne. Si la proportion et la durée du suivi des patients atteints de cancer par l'équipe de soins palliatifs a augmenté depuis 2010, suggérant une amélioration de la collaboration avec les équipes en charge de ces patients, il persiste une disparité d'accès aux soins palliatifs. De plus, l'intégration d'une équipe de soins palliatifs dans leur prise en charge semble avoir une répercussion positive sur leur qualité de vie en diminuant l'agressivité de leur prise en charge en fin de vie.
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude