< Retour à la liste

Observatoire régional des nuisances odorantes – Bilan 2019.

2020
Santé
Organismes Producteurs
  • Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Résumé
Lancé en mai 2018 par une expérimentation locale dans la vallée de l’Arve, la plateforme ODO a été étendue à l’ensemble de la région en 2019 et a rencontré depuis un vif succès. Les signalements étant faits par les citoyens eux-mêmes, la plateforme ODO est donc représentative de la gêne ressentie par la population et c’est la conjonction de l’ensemble des signalements qui fait sa force. Les informations obtenues en temps réel sont analysées quotidiennement, et dès lors que des signalements se concentrent sur un territoire et sur une période courte, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, après analyse, prévient les acteurs concernés (mairie, services de l’Etat, entreprise ou industries, etc.), afin de permettre la mise en place la plus rapide possible d’actions de réduction des nuisances.
Rappelons que les nuisances odorantes, perçues comme une atteinte directe à la qualité du cadre de vie, sont le deuxième motif de plaintes environnementales après le bruit. Dans notre région, l’appropriation de la plateforme ODO par la population en atteste.
Plus de 1800 signalements ont été effectués en 2019 sur ODO, soit plus du triple qu’en 2018. Même en considérant que 2018 était incomplète, ce chiffre traduit le succès de cet outil. A ces signalements, on peut ajouter les quelques demandes écrites et appels téléphoniques concernant des odeurs qu’Atmo Auvergne Rhône Alpes a traité tout au long de l’année. Parallèlement à ce recueil en temps réel, des études sur des secteurs géographiques ont été réalisées lorsque des signalements devenaient récurrents sur la plateforme. Ces études, qui croisent différentes données (signalements d’odeurs, localisation de sources d’odeurs, conditions météorologiques), permettent d’objectiver la situation et servent de base de réflexion aux acteurs locaux dans la recherche de solutions d’amélioration.
A l’issue de cette première année pleine de fonctionnement, des enseignements peuvent d’ores et déjà être tirés en matière de répartitions géographique et temporelle des nuisances ainsi que de caractérisation des odeurs. Et les perspectives dans les années à venir semblent riches avec la mise en place probable d’observatoires locaux spécifiques, en parallèle de l’observatoire régional, et la création de réseaux de « nez ».
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude