< Retour à la liste

Infections ostéo-articulaires sur prothèse articulaire : Évaluation des pratiques professionnelles à l’hôpital du Gier.

2017
Santé
Auteurs Physiques
  • MONTECUCCO (Vincent)
Organismes Producteurs
Aucun organisme producteur
Organismes Commanditaires
  • Université de St Etienne
Résumé
Les infections de prothèses articulaires constituent un problème de santé publique par le risque fonctionnel, parfois vital qu’elles font encourir et par les dépenses de santé qu’elles engendrent. En 2009 et 2014, la Société de pathologie infectieuse de langue française et la Haute Autorité de Santé ont publié des recommandations de bonnes pratiques concernant la prise en charge des Infections ostéo-articulaires sur matériel orthopédique. L’objectif de cette étude est d’évaluer à l’hôpital du Gier la prise en charge des patients ayant développé une infection de prothèse de hanche, de genou ou d’épaule. Une étude transversale rétrospective a été réalisée à partir de l’ensemble des dossiers des patients pris en charge à l’hôpital du Gier entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2015. Les dossiers ont été étudiés à l’aide des grilles méthodologiques fournies par la SPILF et qui ont été modifiées en fonction des recommandations de 2014. Le taux de conformité a été analysé par rapport aux recommandations. Sur 28 patients pris en charge à l’HDG, 27 dossiers ont été analysés. On comptait 13 femmes et 14 hommes avec un âge médian de 73 ans. On retrouvait 6 infections précoces et 21 tardives. 21 patients avaient contracté leur infection selon un processus hématogène, 5 par contiguïté et seulement 2 de façon directe. Les infections ostéo-articulaires ont concerné 15 prothèses totales de hanche, 2 prothèses intermédiaires de hanche, 9 prothèses totales de genou et 2 prothèses totales d’épaules. 6 patients sont décédés précocement avant la fin de la prise en charge. Cette évaluation a montré que la prise en charge thérapeutique était quasi-optimale et se faisait de manière pluridisciplinaire entre les services de l’hôpital du Fier et du Centre hospitalo-universitaire de Saint-Étienne. Il restait néanmoins à améliorer la transmission des informations du suivi en consultations après un mois. Une intervention plus systématique des radiologues à la prise en charge diagnostique pourrait être profitable, notamment sur l’interprétation des radiographies simples. On déplorait enfin l’absence de moyen pour une prise en charge psychologique de ces patients victimes d’une pathologie invalidante tant sur le plan psychologique que socio-professionnel. Il s’agit de poursuivre la coopération entre les différents services à chaque temps de la prise en charge. Pour faciliter cette dernière, une check-list des informations importantes a été créée afin de donner plus de clarté et une vision globale à tous les intervenants. Ce travail constitue le point de départ d’une démarche d’évaluation des pratiques professionnelles à l’hôpital du Gier.
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude

Thèse de médecine (41 p.)