< Retour à la liste

Hyper-alcoolisations rapides des adolescents et jeunes adultes : symptôme psychopathologique ou phénomène de société ? Illustration par une enquête en service de pédopsychiatrie.

2017
Santé
Auteurs Physiques
  • FOURNIER (Charles-Edouard)
Organismes Producteurs
Aucun organisme producteur
Résumé
Le « Binge Drinking », ou hyper-alcoolisation rapide, est défini par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme la consommation d’au moins 6 unités standards d’alcool en une occasion.
En France, en 2014, 41 % des lycéens admettent au moins un épisode de Binge Drinking dans le mois précédent.
Les Binge Drinkers présentent, à court terme, des perturbations émotionnelles et des déficits neurocognitifs. Des anomalies structurelles et fonctionnelles sont objectivées en imagerie cérébrale.
Le Binge Drinking est d’abord un phénomène social, bien que certains facteurs de risques individuels puissent être dégagés.
Nous avons mené une enquête systématique chez des jeunes de 12 à 25 ans suivis dans un service de pédopsychiatrie. La finalité de notre travail était de repérer des facteurs associés à cette pratique.
Un des principaux résultats de notre travail est la confirmation du bon niveau d’intégration social des Binge Drinkers. Particulièrement chez les garçons, avoir plus de 250 amis sur le réseau social « Facebook » est fortement associé à cette pratique.
Le Binge Drinking est une conduite encore très répandue chez nos jeunes patients (prévalence de l’expérimentation à 27 %) et son caractère social est prédominant.
Nous suggérons un bénéfice à délimiter des sous-catégories de Binge Drinking, avec des critères consensuels, afin de mieux ajuster la prévention. En prévention primaire, les jeunes les plus populaires sur les réseaux sociaux pourraient être une cible de choix.
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude