< Retour à la liste

Dépistage du VIH en médecine générale : les occasions manquées.

2017
Santé
Auteurs Physiques
  • PILLARD (Mathilde)
Organismes Producteurs
Aucun organisme producteur
Organismes Commanditaires
  • Université de St Etienne
Résumé
En 2015, 43 % des découvertes d’infection par le VIH en France ont été réalisées à un stade tardif. Les conséquences d’un diagnostic tardif sont à la fois individuelles et collectives. Parmi les patients diagnostiqués tardivement : dans plus de 90 % des cas, un recours à un généraliste dans les 3 ans a précédé le diagnostic. L'objectif vise à identifier les occasions manquées de dépistage du VIH en médecine générale et appréhender les difficultés des généralistes à saisir ces opportunités de dépistage. Une enquête est menée par méthode mixte : volet quantitatif par questionnaire électronique comprenant 12 vignettes cliniques, construites à partir de cas réels de patients dépistés VIH+ en 2013-14 suivis au CHU de Saint-Étienne, un score sur 12 était attribué aux médecins selon qu’ils avaient prescrit ou non une sérologie VIH ; volet qualitatif (théorie ancrée) par entretiens individuels semi-dirigés auprès de généralistes de la Loire pour préciser les motivations et les résistances au dépistage. 307 médecins (11.1 %) ont répondu au questionnaire. Quatorze généralistes ont été interviewés. Le score total moyen était de 3.74 (± 2.51) sur 12. Dans les 4 vignettes pour lesquelles le dépistage VIH était le plus souvent proposé, la notion de risque sexuel (3 vignettes) ou de consommation de toxique (1 vignette) apparaissait clairement. En pratique l’évaluation des risques reste illusoire, faisant intervenir les notions de pudeur et d’éthique, dans une perspective de préservation de la relation. Tout en évitant d’aborder la sexualité et en craignant de stigmatiser, les médecins « étiquettent » leurs patients et excluent ainsi une partie d’entre eux du dépistage. Malgré des résultats faisant craindre un dépistage du VIH insuffisant par les médecins généralistes, certains praticiens prennent conscience de leurs freins et de leurs représentations défensives, et inventent de nouvelles habiletés communicationnelles pour les dépasser.
*L'astérisque indique les organismes ayant changé de dénomination ou ayant cessé leur activité.
Accès à l'étude

Thèse de médecine (44 p.)